GUIDE DES PANNEAUX SOLAIRES PHOTOVOLTAÏQUES ET CAPTEURS THERMIQUES : INFOS ET PRIX

Guides panneaux solaires photovoltaïques : ce que vous ne savez pas
4.3 (85.83%) 103 votes

Un guide complet sur les panneaux solaires : différence entre les panneaux solaires photovoltaïques et les capteurs thermiques, installation solaire sur le toit ou au sol, les technologies, la pose, le prix et la revente d'énergie solaire.

panneau solaire prix

I. Les différentes technologies solaires

1. L’intérêt du panneau solaire ?

Lorsqu’on parle de « panneaux solaires », on confond en général plusieurs technologies et types d’installation.

Chez les particuliers, il existe principalement trois sortes de panneaux solaires :

  • Les capteurs solaires thermiques
  • Les panneaux solaires photovoltaïques
  • Les panneaux solaires hybrides vecteur air/eau

Tous servent à capter l’énergie, inépuisable et gratuite, du soleil. Mais leurs usages sont différents.

Capteur solaire thermique

capteur thermique (c)Greinier

Le capteur solaire thermique convertit la chaleur du soleil en chauffage (air et/ou eau) via un ballon de stockage, pour la maison. Les capteurs solaires thermiques sont donc reliés à un chauffe-eau solaire individuel (CESI) ou à un système solaire combiné (SSC) qui englobe chauffage et eau chaude. Si l’ensoleillement est insuffisant, c’est le système classique de chauffage de la maison qui prend le relais (ballon d’eau chaude ou chaudière). On estime qu’un CESI peut fournir entre 50 et 80 % de l’eau chaude d’un foyer et un SSC 40 à 60 % du chauffage.

Panneau solaire photovoltaïque

solaire photovoltaique (c) kartable

La seconde technologie est le panneau solaire photovoltaïque qui, lui, convertit l’énergie solaire en électricité domestique. Le panneau est composé de plusieurs cellules de silicium, un matériau semi-conducteur, qui produit de l’électricité (électrons) lorsqu’il capte de la lumière (photons). Il existe des cellules de silicium monocristallines ou polycristallines (elles distinguent la façon dont le silicium est fixé sur la cellule, mais fonctionnent semblablement).

Les cellules sont reliées à un onduleur qui va transformer cette électricité en courant alternatif destiné au circuit électrique de votre maison. On estime que 25m2 de panneaux photovoltaïques produisent en moyenne 2500 kWh/an, ce qui correspond aux besoins électriques (hors chauffage) d’un foyer de 4.

L’électricité produite par les panneaux photovoltaïques peut être destinée soit à la consommation personnelle (autoconsommation), soit partiellement à la revente. Il faut alors relier son onduleur au réseau électrique et à un compteur.

Les deux systèmes sont considérés comme faisant appel à une source d’énergie renouvelable et durable, donc écologique.

Panneau solaire hybride air/eau

Enfin, une nouvelle filière hybride et assez récente est entrain d’émerger sur le marché individuel. Elle combine solaire photovoltaïque et solaire thermique. Un panneau solaire hybride utilise la chaleur des cellules photovoltaïques pour chauffer un fluide caloporteur pour l’eau chaude sanitaire ou le chauffage. Le fluide caloporteur peut être de l’eau ou de l’air.

2. Énergie solaire et santé

Les installations solaires présentent deux principaux « dangers » :

- la présence d’un champ magnétique au-dessus de votre tête
- la circulation de courant électrique.

Il y a actuellement un certain nombre de rumeurs, mise en garde, démentis et études scientifiques qui se contredisent régulièrement au sujet des « dangers » du solaire. De nombreuses études sont en cours, et à ce stade ont simplement prouvé que le champ magnétique d’une installation solaire ne dépassait jamais la valeur de 50 µT (micro Tesla), ce qui est en dessous de celle du champ magnétique terrestre auquel nous sommes exposés naturellement chaque jour. Donc sur le plan magnétique : RAS.

Vient ensuite la présence d’un onduleur qui transforme les cellules photovoltaïques en électricité portée par un conducteur. Cela crée alors des ondes électromagnétiques basse fréquence (50 Hz) qui ne peuvent pas véritablement être isolées et peuvent présenter certains dangers, en plus d’un bruit léger, mais continu, qui peut devenir pénible si votre toit est bas ou mal isolé acoustiquement.

Là encore, une petite nuisance potentielle, facilement gérable.

3. Panneaux solaires sur le toit ou au sol ?

Sur le toit

toiture solaire

Dans le cas des maisons individuelles, les panneaux solaires se posent essentiellement sur le toit.

Surface minimum

Vous devez disposer d'une surface minimale de 20m2 de toiture, en dessous de laquelle ce type d’installation ne sera pas intéressante.

Idéalement, plus votre région est ensoleillée et plus vous avez de surface, mieux ce sera.

Les panneaux (et donc votre pan de toit) doivent être orientés plein sud et former un angle de 35° par rapport à l’horizontale. Ce qui proscrit les toitures plates ou en dessous de cet angle.

Plus vos conditions s’éloigneront de cet idéal, moins votre production sera optimale.

Il existe certaines contre-indications à la pose de panneaux solaires sur le toit :

- toitures zinc, shingle, chaume, fibrociment amianté sont incompatibles avec le perçage et poseront de problèmes d’étanchéité.

- toiture végétalisée : possible, mais à condition d’être prévu dès le départ, avant la construction de la toiture, et sous réserve d’un avis positif du bureau d’étude

- charpente ou structure porteuse inadaptée : 1 m² de panneaux solaires pèse entre 16 et 22 kg. Il faut donc s’assurer que votre charpente de toit ou structure porteuse supporte ce poids, en plus de la couverture en place et notamment en cas de bourrasques.

Enfin, il existe deux grands types d’installation de panneaux solaires sur toiture :

Intégration au bâti (IAB) : les panneaux viennent en couverture de la charpente et assurent l’étanchéité.

Surimposition : les panneaux sont installés par-dessus votre couverture, ne se substituant pas à elle. Cette solution est généralement moins chère.

Au sol

panneau solaire au sol

Certains font le choix de poser leur champ photovoltaïque au sol. Pour cela il faut avoir un terrain très exposé au soleil, beaucoup de surface, un sol bien drainé et sec (non inondable) sans arbres ni plantations, et auquel vous n’avez pas besoin d’accéder. C’est pourquoi ce sont souvent les agriculteurs qui ont recours à ce genre d’installations.

Cependant dans ce cas il faudra faire réaliser une étude par un expert pour le dimensionnement, et obtenir l’accord de la commune (comme pour une installation sur le toit du reste).

Sachez que l’électricité produite par une installation photovoltaïque au sol ne bénéficie pas du tarif garanti de rachat d’électricité.

4. Choisir ses panneaux solaires

panneau solaire polycristalin

Tout dépendra de vos besoins.

A) Si vous avez simplement besoin d’eau chaude : capteurs solaires thermiques

B) Si vous voulez chauffer votre maison et votre ECS : panneaux photovoltaïques

Les capteurs thermiques pour l’air font passer l’air de la maison sous les panneaux, où il est chauffé puis ensuite ventilé dans le foyer.

Les capteurs thermiques pour l’eau transportent un liquide caloporteur, chauffé par le soleil et transmis via un échangeur thermique, puis redistribué dans la maison via des radiateurs ou planchers chauffants.

• Les panneaux solaires photovoltaïques sont ce que la plupart des gens entendent par « panneaux solaires » et sont les seuls à pouvoir produire de l’électricité. Contrairement aux systèmes thermiques, les panneaux solaires photovoltaïques ne nécessitent pas de système d’appoint pour combler les baisses de production.

• Les panneaux photovoltaïques hybrides combinent les deux technologies précédentes et produisent à la fois de l’électricité et de la chaleur.

La taille de votre installation solaire dépendra de plusieurs paramètres :

- puissance souhaitée en kWc par m²
- technologies
- performances du modèle
- vos besoins annuels en énergie
- votre situation géographique/ensoleillement
- votre surface disponible
- l’orientation de votre toit
- votre budget

II. Autoconsommation et revente 

En fonction de la surface en m² d’une installation de panneaux solaires photovoltaïques, du rendement, de l’ensoleillement et de l’orientation, se calcule sa production d’électricité exprimée en kWh depuis des kilowatts crêtes (kWc).

Attention

Certains fabricants n’indiquent que la puissance en Watts de leurs panneaux. Une information peu utile, car la production d’énergie d’un panneau solaire photovoltaïque dépend d’un nombre de facteurs multiples et que le Watt crête (Wc) est plus fiable. 

1. Puissance et rendement du solaire

La puissance en Watts crête correspond à la puissance produite par un panneau qui reçoit une irradiation de 1000 Watts par m² et cela permet de comparer plusieurs panneaux solaires entre eux.

Selon le type de cellules :

Silicium amorphe : 1m2 produit environ 60 Wc, soit un rendement d’environ 6 %. Fonctionne avec de la lumière diffuse (ensoleillement faible).

Silicium polycristallin : 1 m² produit environ 100 Wc par mètre carré (m²) soit un rendement de 15 % environ. Mais ils sont peu sensibles à la lumière diffuse, ce qui fait baisser leurs performances.

Silicium monocristallin : 1 m² produit environ 165 Wc soit un rendement de 16 à 24 %. Mais ils sont peu sensibles à la lumière diffuse, ce qui fait baisser leurs performances.

Pour se faire une idée, 1 kWc produit environ 850 kWh à Lille et 1250 kWh à Nice.


Onduleur : convertir l’énergie solaire en électricité 220V

onduleur solaire

Le convertisseur de tension transforme le courant continu produit par les panneaux photovoltaïques en courant alternatif. Sans convertisseur – ou onduleur - vos panneaux solaires ne vous fourniront pas d’électricité, tout simplement !

La somme des puissances des appareils branchés sur le convertisseur doit être inférieure à la puissance du convertisseur que vous installerez.

Attention, car la puissance de démarrage d’un appareil électrique est deux à trois fois supérieure à sa puissance de fonctionnement : votre onduleur doit être capable d’absorber ces pics de consommation.

2. Calculez vos besoins en énergie solaire

Pour connaître vos besoins énergétiques, vous devez faire le tour de vos appareils électriques et de leur consommation en Watts, puis multiplier cette consommation par le nombre d’heures moyen d’utilisation de chaque équipement pour définir votre consommation quotidienne.

Vous pouvez également vous reporter à vos factures d'électricité précédentes pour connaître votre consommation annuelle.

Besoin énergétique (en Wh) =
(puissance appareil n° 1 x nb d’heures d’utilisation)
+
(puissance appareil n° 2 x nb d’heures d’utilisation)
+
 (puissance appareil n° 3 x nb d’heures d’utilisation), etc.

Consommation indicative des principaux appareils domestiques :

Ampoule à Led : 18 Wh
PC portable :150 Wh
Télévision :180 Wh
Réfrigérateur : 480 à 900 Wh

Aspirateur : 1000 Wh
Four micro-ondes : 25300 Wh
Lave-linge : 3000 Wh

Ces calculs vous aideront à déterminer l’autonomie dont vous avez besoin, c’est-à-dire l’autonomie de votre installation photovoltaïque, en nombre de jours pendant lesquels vos batteries de panneaux solaires ne doivent pas être rechargées pendant une utilisation normale.

En France, l’autonomie moyenne préconisée pour une installation solaire individuelle va de 3 (régions les plus ensoleillées) à 5 (régions les moins ensoleillées) jours.

Vous pouvez également vous aider dans vos calculs avec l’indice d’ensoleillement qui correspond à votre zone géographique :

  • Nord de la France : x 0,9
  • Ile de France, Bretagne, Normandie, Champagne… : x 1
  • Centre de la France : x 1,1
  • Sud de la France : 1,2
  • DOM : x 1,3

Ainsi que du coefficient solaire saisonnier :

  • Hiver : 1
  • Printemps et automne : 3
  • Été : 5

À retenir

Estimation de la production d’énergie par jour (en été en France)

30 Wc150 à 180 Wh par jour
50 Wc250 à 300 Wh par jour
80 Wc400 à 480 Wh par jour
100 Wc500 à 600 Wh par jour
130 Wc650 à 780 Wh par jour
180 Wc900 à 1080 Wh par jour

Il est conseillé de prendre systématiquement une marge de sécurité de 10 % à 20 %.

L’autoconsommation permet l’indépendance par rapport aux fournisseurs d’énergie. Exit les factures d’électricité ! Ainsi, si le prix du kWh du fournisseur d’électricité augmente, votre coût de revient n’évoluera pas.

Qui plus est d’un point de vue écologique, vous maîtrisez la source de votre énergie (nucléaire, hydraulique, éolienne...).

Qui plus est le risque de panne est réduit et la durée de vie de votre installation est longue.

Pour rentabiliser au maximum votre production d’électricité solaire, réduisez votre consommation d’énergie, avec des appareils de classe A ou des habitudes plus économiques (éteignez la lumière, réduisez le chauffage, débranchez vos téléphones…)

3. Vendre son électricité solaire

vendre solaire (c) projet solaire Drome

Il s’avère qu’en termes de rentabilité, il est plus rentable de revendre l’électricité produite que de fonctionner en autoconsommation !

L’électricité produite par vos panneaux photovoltaïques est une ressource qui, une fois raccordée au réseau, peut être revendue à un gestionnaire du réseau électrique (ERDF ou concurrents).

ERDF a obligation d’acheter l’énergie produite au tarif prévu par la loi.

Les autres gestionnaires peuvent également devenir clients, à condition de figurer à l’article 23 de la loi n° 46-628 du 8 avril 1946, et d’être reconnus comme entreprise de distribution à économie mixte dont les collectivités publiques sont actionnaires majoritaires.

Le tarif de rachat de l’électricité solaire est fixé par l’État. Selon que vous choisirez de vendre une partie ou la totalité de l’électricité que vous produirez, le branchement des compteurs de production et de consommation sera différent.

La loi pour la transition énergétique et la croissance verte (LTECV) favorisent certaines mesures avantageuses :

  • le tarif de rachat photovoltaïque 2019 est supérieur au prix de marché de l’électricité
  • un contrat de vente peut être mis en place sur 20 ans
  • les revenus de l’électricité photovoltaïque sont non-imposables (pour les installations d’une puissance inférieure à 3kW-crête)

Exemples de tarifs de vente de l’électricité photovoltaïque (2018)

Installation

Puissance

Prix de rachat

CAS 1 : REVENTE TOTALE

IAB

≤3 kwc

18,55 €

IAB

≤9 kwc

15,77 €

ISB

≤3 kwc

18,55 €

ISB

≤9 kwc

15,77 €

Non intégrée au bâti

≤36 kwc

 12,07 €

Non intégrée au bâti

≤100 kwc

11,25 €

CAS 2 : REVENTE DE SURPRODUCTION

Toutes

≤3 kwc

390 €

Toutes

≤9 kwc

290 €

Toutes

≤36 kwc

190 €

Toutes

≤100 kwc

90 €

Toutes

>100 kwc

-

À retenir

> 3 kW, les revenus générés par la revente d’électricité solaire sont imposables

En janvier 2019, le prix moyen d'une installation photovoltaïque d’une puissance de 3 kwc destinée à la revente est de 11 000 €.

Le prix d'une installation solaire photovoltaïque pour l’autoconsommation est donc moins cher qu’une installation pour la vente à ERDF (si vous n’installez pas de domotique ni de batterie et non intégré au bâti) : un kit panneau solaire autoconsommation avec batterie coûte entre 8 000 € et 10 000 €, posé.

III. Prix des panneaux solaires

1. Prix d'une installation : investissement de départ

installation solaire prix

Le prix d’une installation solaire photovoltaïque varie selon plusieurs critères : puissance, type de panneaux, dimensions, type de pose (IAB ou surimposition)...

Il faut compter entre 9 000 € et 12 000 € pour une installation de panneaux solaires de 3 KWC pour la vente à EDF en 2019 (y compris le prix du raccordement à EDF).

Le prix d’un kit panneau solaire autoconsommation avec batterie est d'environ 2880 €.

Puissance de l'installation

Achat et pose

Prix de la batterie solaire

Prix du raccordt au réseau

3 kWh

8000 à 13000 €

<6 00 €

1 000 à 1 500 € ou 600 € si vous décidez de ne vendre que le surplus d’électricité

6 kWh

16000 à 19 000 €

>1000 €

Si vous n'achetez pas votre installation solaire en kit, il vous faut acheter les éléments individuellement.

  • Panneaux solaires photovoltaïques : 60% du budget
  • Onduleur : 15 % du budget
  • Éléments de montage et pose : 25 % du budget.

Le coût au Wc diminue généralement avec l’augmentation de la taille de l’installation de panneaux solaires photovoltaïques.

Prix panneaux solaires 2019

Prix

Prix d’un onduleur (durée de vie : 10 ans)

3000 W :
400 € à 1750 €
2800 W :

1390 € à 1500 €
2500 W :
1260 € à 1990 €

Prix d'une batterie solaire pour 1 kWh

80 € à 250 €

pour une batterie à plomb ouvert
200 € à 400 €

pour une batterie étanche AGM
250 € à 500 €

pour une batterie gel
600 à 1000 €

pour une batterie lithium

Panneaux monocristallins (durée de vie de 20 à 25 ans)

350 €/m2 

Panneaux polycristallins (durée de vie de 20 à 25 ans)

 300 €/m2 

Panneau solaire photovoltaïque IAB de 3 kW

13 000 €

Panneau solaire photovoltaïque 200 m² d’une puissance de 25 kWc

18 000 €

Prix des panneaux solaires thermiques
10 m² (durée de vie de 7 à 12 ans)

10 000 €

Prix d’un système de chauffage panneaux solaires pour 70 m2

15 000 €

Prix d’un kit d’installation solaire thermique pour chauffer une piscine

2000 €

Prix des démarches administratives

100 à 500 € suivant les installateurs 

Taxe annuelle d’utilisation du réseau de distribution électrique (TURPE)

25 €/41 € (vente totale)

Prix des panneaux solaires au m2 en 2019

Il est assez complexe de donner un prix du panneau solaire au m² tant cela dépend du modèle et de ses caractéristiques. Toutefois voici une indication de la moyenne des prix en France en 2019.

Type de panneau solaire

Prix au m2 2019

Panneau solaire photovoltaïque

200 à 300 €

Panneau solaire thermique

200 € à 400 € (capteur vitré)
> 600 €(capteur à tubes)

Tuiles photovoltaïques

400 à 1000 €

À retenir

Selon les estimations d’EDF ENR, les ménages dotés d’une installation solaire font une économie de 60 % à 80 % sur leur facture d’électricité.

2. Exemple de devis panneaux photovoltaiques

Puissance de l'installation :3 kwc
Localisation : Montpellier
Type d'installation : Installation photovoltaïque complète avec raccordement EDF compris avec prix de vente de l’électricité de 0,21 € (tarif au 31 décembre 2017)

Devis installation solaire : 9000 €

Durée de vie de l’installation : 20 ans

Productivité électrique annuelle : 1250.6kWh/kWc.an
Recette annuelle : 805,88 € 
Temps de Retour Brut  : 11 ans

Prix de revient du kWh photovoltaïque : 0,16 €/kWh

Gain en fin d’exercice : 2989,40€

installateur photovoltaique

Pour une toiture photovoltaïque idéalement orientée (sud) le revenu facturé à EDF la première année sera environ de 1000 €.
Retour sur investissement en un peu plus de 10 ans.

On estime le coût de la pose autour de 4000 à 5000 € (prix d'une installation solaire pour 100 m2  correspondant à 3 500 kWh/an). Ce prix peut néanmoins grimper fortement si le toit nécessite d’être renforcé au préalable.

3. Les fabricants et points de vente

Voici quelques fabricants de panneaux solaires dont les produits sont disponibles sur le marché français (liste non exhaustive).

Conergy
Conergy se revendique la seule entreprise à pouvoir fournir des systèmes d’énergie solaire complets (modules, onduleur, système de montage et système de monitoring) fabriqués en interne.

Les modules photovoltaïques Conergy PowerPlus PC bénéficient d’un rendement accru de 3 % grâce à la tolérance de puissance positive.

Sunpower
Autre société est présente sur l’ensemble de la chaîne. Les modules photovoltaïques SunPower de la Série E convertissent 36 % plus de lumière du soleil en électricité que des modules conventionnels. Tous leurs panneaux sont de couleur noire.

SILLIA Énergie
Le site de production de SILLIA Energie se situe en France. Ses modules solaires sont garantis 10 ans pour une production à 90 % sur 12 ans et 80 % sur 25 ans.

Photowatt
Acteur du groupe EDF Énergies Nouvelles et pionnier du secteur de l’industrie solaire den France. Technologie 100 % française. Les modules photovoltaïques PW2300 sont connus pour leur forte résistance à la charge de la neige.

Solarworld
Fabrique des modules photovoltaïques depuis 1977. Qualité allemande et assurance qualité globale. Certificat « Power Controlled » de l’organisme qui garantit la puissance promise. Fonction d’autonettoyage optimisée. Le taux de rendement du module solaire est de 14,91 %.

On trouve aujourd’hui des panneaux solaires :

  • dans certaines Grandes Surfaces de Bricolage
  • auprès des installateurs spécialisés en photovoltaïque, à prix fournisseurs
  • directement auprès des fabricants
  • sur les sites Web spécialisés

4. Valorisation immobilière

Une installation photovoltaïque permet de donner une valeur supplémentaire à votre bien immobilier.

En cas de vente de votre maison avec solaire :

  1. Relevez les compteurs à la date d’effet de la vente.
  2. Informez votre acheteur de surplus d’électricité du changement de titulaire du contrat d’accès au réseau rattaché à votre installation.
  3. Transmettez-lui un « relevé contradictoire des index » indiquant la valeur de l’index à la date d’effet de la vente. Ce document doit comporter votre signature et celle de l’acheteur de votre maison.

Notez que vous pouvez vendre votre bien, mais rester propriétaire de votre toiture photovoltaïque. En quel cas l’acquéreur sera propriétaire du bâtiment et vous du système photovoltaïque.

Il vous faut alors transformer votre contrat de vente de surplus en vente totale (et plus en autoconsommation), et mettre en place une convention d’occupation de la toiture, via un bail emphytéotique. Le propriétaire du bâtiment peut vous demander un loyer.

IV. Installation de panneaux solaires

1. Réglementation

L’installation de panneaux solaires est soumise à une série de réglementations relatives au Code de l’urbanisme, au Code de la construction, Au Code de l’environnement, et au Droit électrique.

Installation solaire au sol
Certaines procédures sont exigées pour l’installation de panneaux solaires photovoltaïques au sol.

  • Puissance <3 kWc : déclaration préalable de travaux si la hauteur de l’installation est supérieure à 1,80 m.
  • Puissance <250 kWc : déclaration préalable de travaux. Permis de construire si la zone est proche d’un site classé.
  • Puissance >250 kWc : étude d’impact, enquête publique, et permis de construire obligatoires.

Les installations au sol peuvent par ailleurs respecter d’autres considérations environnementales :

  • Circulaire du 30 avril 2002, article L-562 du Code de l’Environnement, plan de préventions des risques d’inondations
  • Article L-562 du Code de l’Environnement, plan de prévention des risques incendies
  • Code de l’Environnement- Livre II- Titre 1er- Chapitre IV- Section 1
  • articles L-214-1 et L-214-6 du Code de l’environnement
  • Loi Littoral : articles L.146-1 à L.146-9 du code de l’environnement
  • Loi Montagne : article L 145-3 du Code de l’Environnement
  • Zone Natura 2000 : article R 414-19 Code de l’Environnement

Étiquette Énergie
L’étiquette Énergie est obligatoire depuis septembre 2015 sur tous les appareils de chauffage et de production d’eau chaude. Cela concerne donc également votre chauffe-eau solaire individuel.

Déclaration de travaux ou permis de construire
Votre installation photovoltaïque doit respecter les règlements d’urbanisme en vigueur localement (Plan d’Occupation des Sols, Plan Local d’Urbanisme).

Exploitation de votre installation solaire photovoltaïque (revente partielle ou totale d’électricité)

  • Puissance <250 kWc : aucune démarche
  • Puissance <4 500 kWc : demande de déclaration d’exploiter
  • Puissance >4 500 kWc : demande d’autorisation d’exploiter

La demande est à adresser au Ministère de l’Environnement/Direction de l’énergie, Sous-direction des systèmes électriques et énergies renouvelables.

2. Labels de qualité

QualiPV pour les panneaux solaires photovoltaïques.

LOGO-QUALIPV

QualiSol pour l’installation du chauffe-eau solaire individuel ou de système solaire hybride.

logo-qualisol

RGE pour les professionnels agréés à l’installation de systèmes photovoltaïques et/ou thermiques.

3. Installation de panneaux solaires

pose panneau solaire

Assurance
Toute installation de panneaux solaires photovoltaïques suppose une assurance responsabilité civile obligatoire, et votre installateur vous réclamera cette attestation avant d’intervenir. Lui-même devra par ailleurs disposer d’une assurance professionnelle. N’oubliez pas de demander une attestation de conformité de l’installation à votre artisan après les travaux.

Déclaration de travaux
Consultez votre PLU et si l’installation de panneaux solaires est autorisée dans votre commune, faites une déclaration préalable à la mairie. Si cette installation se fait sur un bâtiment neuf en cours de construction, la pose des panneaux solaires doit figurer sur le permis de construire. Si votre installation se fait en rénovation d’un bâtiment ancien, la déclaration préalable suffit.

Dans certains cas, vous devrez consulter les Architectes des bâtiments de France (ABF).

Dans le cas d’une copropriété, l’accord de l’assemblée générale des copropriétaires est obligatoire.

Schéma d’une installation de panneaux solaires

schéma solaire (c) monkitsolaire


Si votre installation photovoltaïque ou thermique est particulièrement grande ou complexe, nous conseillons fortement de ne pas installer vous-même vos capteurs. En termes de savoir-faire technique, de dangerosité, et d’assurances, et en termes de subventions, il est préférable de laisser intervenir un installateur de panneaux photovoltaïques.

Toutefois, si vous optez pour un kit panneau solaire 220 V et avez les connaissances et l’assurance de pouvoir réaliser vous-même l’installation, il existe quand même quelques points importants à connaître : 

  • Tout d’abord, équipez-vous de tous les systèmes de sécurité : harnais, échelles de toit, etc. Pour ce qui est des outils, perceuse/visseuse et trousse à outil de base suffisent.
  • Les panneaux solaires sont lourds, vous devrez être au moins deux.
  • Les systèmes en « plug and play » sont les panneaux solaires à installer soi-même les plus simples à poser. Pour brancher le panneau solaire à une installation électrique, vous devrez vous y connaître en électricité ou faire appel à un électricien.

Important

La pose en surimposition est fortement recommandée si vous installez vous-même vos panneaux solaires. L’Intégration Au Bâti devra être réalisée par un couvreur spécialisé, sinon vous mettez en danger votre charpente et l’isolation de votre toiture !

Voici les étapes de pose :

  1. Calepinage : faites un schéma de montage de vos panneaux pour un encombrement minimum sur votre toiture. Cela vous permettra de mesurer les longueurs de câbles.
  2. Rails et systèmes de fixation : fixez les rails et supports/crochets comme indiqué sur la notice de votre kit, généralement en clipsant le panneau sur le rail.
  3. Raccordement électrique : connectez les composants électriques (onduleur, batterie...) de votre kit solaire.
  4. Branchez votre système à une prise et au tableau de votre kit (avec disjoncteur)

Raccordement des panneaux au réseau électrique

compteur solaire

En cas de projet de revente partielle ou totale de votre électricité, votre installateur vous proposera généralement de prendre en charge lui-même les démarches administratives qui peuvent rapidement s’avérer longues et coûteuses...

Il vous faudra envoyer à ERDF les informations sur :

  • l’équipement
  • le récépissé du permis de construire
  • un certificat de conformité de l’installation délivrée par l’installateur ou un avis de l’organisation Consuel (150 €)
  • choisir l’option de vente autoconsommation
  • surplus ou revente totale...

ERDF pourra vérifier votre installation de panneaux solaires et recommander certains travaux. À la suite de quoi elle mettra en service l’installation raccordée : tranchée, câblage, installation d’un coffre électrique et de compteurs, et enfin raccordement.

Retrouver les informations ERDF ici

installateur panneau photovoltaique

4. Entretien et réparations

Les panneaux solaires, qu’ils soient photovoltaïques ou thermiques, doivent être régulièrement nettoyés. Faute de quoi ils pourraient perdre en rendement et en longévité.

Branchages, feuilles, sable, pollens, déjections, neige peuvent non seulement réduire leur performance de captation, mais les endommager.

Plus l’inclinaison sera faible, plus ils seront exposés aux déchets et salissures.

Faites appel à un spécialiste des panneaux solaires pour entretenir vos panneaux. Une visite tous les ans ou tous les deux ans suffit généralement pour les panneaux photovoltaïques, et au minimum tous les 6 mois à 1 an pour les capteurs thermiques, à moins que vous n’ayez subi des conditions climatiques particulièrement difficiles.

Votre installateur peut vous proposer un contrat d’entretien.

Dans tous les cas, que ce soit pour l’installation ou pour l’entretien, évitez de monter vous-même sur le toit : il faut un équipement de sécurité pour ce genre d’interventions en hauteur, particulièrement dangereuses.

Il conviendra de vérifier :

  • l’état des circuits et connecteurs
  • l’état de l’isolation thermique
  • la propreté des cellules
  • les tubes des capteurs
  • la solidité des fixations
  • la régulation
  • le fonctionnement des compteurs, du connecteur, de l’ondulateur et de la batterie
  • il faudra également dégager les branchages ou autres objets pouvant être tombés sur le toit.

Consultez bien les notices des fabricants pour les différentes pièces et reportez-vous au calendrier d’entretien préconisé.

Le nettoyage des panneaux et capteurs solaires se fait à l’aide d’un simple chiffon et d’un produit spécialisé. Aucune brosse, jet d’eau ou produit supplémentaire ne devra être utilisé.

Le simple nettoyage par une entreprise spécialisée coûte
10 € au m².

La réparation est estimée à 2 000 € au minimum,

en fonction les travaux à effectuer.

V. Aides panneaux solaires et subventions


Collectivités locales
Les collectivités locales/territoriales proposent parfois des aides financières pour la transition énergétique des particuliers vers le solaire.


Certaines zones rurales ne sont pas raccordées au réseau électrique national. Des subventions particulières sont destinées à vous aider si vous êtes dans ce cas : Fonds d’amortissement des charges d’électrification (FACE) ou Fonds européen de développement régional (FEDER) de l’Union européenne.

Adressez-vous à votre mairie ou à l’espace Info-Énergie de votre région pour solliciter une aide sur panneau photovoltaique.

ANAH
L’Agence nationale de l’habitat propose des aides pour l’installation d’équipements solaires pour des résidences principales construites depuis plus de 15 ans, sous condition de revenus. Vérifiez votre admissibilité en ligne.

TVA à taux réduit

  • Le taux de TVA est réduit à 10 % pour la pose et le matériel.
  • La TVA est réduite à 5,5 % pour l’installation d’un chauffe-eau solaire.
  • L’installation doit être réalisée par un installateur agréé.

Les travaux ne doivent pas remettre neuf à plus de 2/3 les éléments de second œuvre.


Pour les capteurs solaires thermiques, l’équipement doit être certifié CSTBat ou Solar Keymark.

Avantages fiscaux
Avec une installation solaire, il est possible de bénéficier d’une exonération partielle de la taxe foncière. Renseignez-vous auprès de votre centre des impôts.

Si cette installation fournit moins de 3 kWc, vous êtes exonéré de taxe professionnelle et d’impôts sur les bénéfices de la revente de l’électricité. 

Crédit d’impôt panneaux solaires
Il existe un crédit d’impôt pour la transition énergétique : 30 % du prix du matériel remboursé.

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique s’applique pour l’installation d’un chauffe-eau solaire individuel, d’un système hybride photovoltaïque et thermique, dans la limite d’un certain plafond, pour les résidences principales achevées de construire depuis plus de deux ans.

Seuls les installateurs certifiés RGE (reconnu garant de l’environnement) permettent de bénéficier du crédit d’impôt.

L’aérovoltaïque (ou hybride photovoltaïque/thermique) est éligible au crédit d’impôt 2019 de 30 %.

Écoprêt à Taux Zéro (Éco-PTZ)

  • L’écoprêt à taux zéro vous permet d’emprunter un maximum de 30 000 € sans intérêts sur 10 ans. Une fois le prêt à taux zéro écologique obtenu, vous avez 3 ans pour faire réaliser les travaux.
  • Le prêt à taux zéro écologique ne peut être utilisé que pour financer une installation solaire thermique, et non photovoltaïque. Renseignez-vous auprès de votre banque.
  • Le Fonds de garantie pour la rénovation énergétique (FGRE) a pour but de faciliter la délivrance par les banques des écoprêts aux ménages modestes qui entreprennent des travaux d’amélioration de la performance énergétique.


Certificats d'Économie d'Énergie


Les personnes qui remplacent une chaudière au fioul, au charbon ou au gaz (autre qu’à condensation) par un système solaire combiné peuvent bénéficier d’une prime à la conversion dans le cadre de la charte « Coup de pouce Chauffage » du dispositif des certificats économie d’énergie (CEE). 


Estimer le prix de vos panneaux solaires

Faire la transition et passer à l'énergie solaire pour votre consommation électrique afin d'accéder à l'autonomie énergétique ou pour vous chauffer présente des avantages écologiques et économiques.

Si l'investissement de départ est important, il faut envisage le projet dans sa globalité, en calculant l'amortissement sur environ 20 ans (durée de vie des panneaux solaires).

Le choix de la bonne technologie, la taille de votre installation et le choix de revendre ou non tout ou partie de votre électricité en la stockant dans une batterie solaire est une décision qui s'étudie soigneusement.

Contactez des spécialistes du photovoltaique dans votre région pour profiter des meilleurs conseils de pros et recommandations techniques de la part d'experts pour vous lancer en toute confiance !

X

Questions ? Infos ? Avis ? (Inscription non obligatoire) 0 Commentaires