Guide poêle à bois : bûches ou pellets, comparatifs, devis et conseils de chauffage

Sommaire du guide

Devis gratuit poêle à bois
Gratuit ici

Guide poêle à bois : bûches ou pellets, comparatifs, devis et conseils techniques
4.3 (86.45%) 93 votes

Ce n’est pas sans raison que le poêle à bois, celui qu'utilisaient nos grands-parents et qui est tombé pendant un temps aux oubliettes de l’électricité, du fuel et du gaz, est réapparu en force dans les systèmes de chauffages de nos foyers.

Il connaît même un véritable engouement en raison de ses trois principaux avantages :

  • il est esthétique : tellement plus qu’une chaudière ou qu’un radiateur
  • il est économique : les combustibles utilisés sont moins chers que le fuel, l’électricité ou le gaz
  • il est écologique : la biomasse bois est la première énergie renouvelable de France

Découvrez dans ce guide les informations, réglementations, tarifs d'achat, prix de pose et conseils techniques sur les poêles à bois

I. Pourquoi se chauffer au bois ?

Pourquoi se chauffer au bois ?

A) Chauffage écologique

Se chauffer au bois est considéré du point de vue de l’écologie comme « opération neutre » : le CO2 émis lors de la combustion est compensé par l’arbre à l’origine du bois, qui consomme lui-même ce CO2.  Ces deux phénomènes s’annulent mutuellement. Qui plus est, les poêles à double combustion de nouvelle génération brûlent et consomment ces gaz émis.

Le bois utilisé est souvent d’origine locale, donc faible empreinte d’énergie grise. Il faut peu de transformation pour fabriquer le produit final, que ce soit bûche ou pellets, en comparaison des autres combustibles.

B) En utilisation comme chauffage unique...

Le poêle à bois peut être combiné avec d’autres sources de chauffage, ou constituer votre mode de chauffage principal.

En quel cas on recourra essentiellement au poêle de masse ou poêle à granulés de bois (ou pellets, en anglais), pour leurs performances inégalées par les autres types d'appareils : plus autonomes, plus faciles à régler et à alimenter, plus économiques.

Si l’on veut rester sur une alimentation par bûches, on utilise alors un poêle de masse (à inertie) : il accumule la chaleur par brûlage intensif puis la restitue sur 24 heures grâce à ses matériaux réfractaires de chaleur.

Les poêles à bois classiques (hors pôle à pellets ou de masse) ne peuvent chauffer que 100 m2. On mesure en général une différence de 4 degrés entre la proximité du poêle et les parties les plus éloignées de la pièce. C’est-à-dire que si près du poêle vous obtenez 21 degrés, vous n’en aurez plus que 17 en vous éloignant.

C) ... ou en utilisation comme chauffage d’appoint

De nombreux logements ont recours au poêle à bois comme solution d’appoint, complémentaire (voire esthétique) de leur chauffage central, dans certaines pièces qu’il agrémente comme créateur d’ambiance, et le supplément de chaleur qu’il procure.

On recourt alors à un poêle à bûches de puissance moyenne (la chaleur dégagée par un poêle de masse dans une pièce à vivre serait intenable), voire à un petit poêle à bois ou à un poêle d'angle.

petit poêle à bois design

D) Tradition et design

De par leur taille, les poêles sont particulièrement visibles. C’est la raison pour laquelle les constructeurs font d’énormes efforts sur l’esthétique et le design de leurs poêles à bois.

Tantôt la demande est aux poêles traditionnels avec un style chaleureux et rustique, tantôt il est à la sobriété et aux lignes épurées, avec des volumes contemporains :

  • poêles à bois design modernes
  • poêles d'angle
  • poêles suspendus
  • etc.

Les matériaux évoluent constamment et les couleurs tout autant.

E) Des économies de chauffage

Poêles selon les combustibles

Prix du kWh

Poêle à bois classique

0,05 € le kWh

Poêle à granulés

entre 0,027 et 0,055 € le kWh

Poêle à pétrole

​​​​0,15 € le kWh

Poêle au gaz

​​​​0,15 € le kWh

Poêle au fioul

0,12 € le kWh

Poêle au bio-éthanol

0,25 € le kWh

Poêle électrique

0,12 € le kWh

II. Les différents types de poêles à bois 

types de poêles à bois

Il existe différents types de poêles à bois, mais tous émettent de la chaleur par rayonnement ou par convection.

POÊLE OU CHEMINÉE ?

La frontière entre poêle et cheminée n’est pas toujours évidente. En réalité, les poêles à bois ont remplacé les cheminées, qui n’ont pas su (ou trop lentement) développer de nouvelles technologies.

La chaleur par convection des poêles est plus performante que celle de la cheminée. Les inserts (foyers fermés) des poêles sont mieux adaptés aux besoins réels .

Ensuite, les fabricants et installateurs spécialisés en poêles à bois ont développé un gros réseau de professionnels, qui a rendu leur installation plus facile et moins onéreuse.

Enfin, les fabricants de poêles à bois ont réussi à restituer l’aspect spectaculaire du feu de cheminée avec des foyers qui ne laissent pas entrer l’air froid.

1. Tous les poêles à bois : à bûches ou à pellets

Poêle à bûches

Poêle à buches

Le poêle à bûches doit fonctionner à plein régime en permanence, avec des arrivées d’air ouvertes. Il convient de s’assurer régulièrement que ses conduits ne sont pas encrassés et sont bien opérationnels H24.

Le poêle à bûches impose le recours à un conduit de fumées, ce qui élimine les maisons conçues en tout électrique, à moins d’envisager des travaux.

Un poêle récent possède un rendement entre 70 et 85 % (moins de 50 % si votre poêle est ancien).

Prix poêle à bois à bûches : compter de 400 à 15 000 €.

Poêle de masse (poêle à bois central)

Poêle de masse

Le poêle de masse est un poêle à bois à accumulation de chaleur. Ses propriétés lui permettent d’atteindre un haut rendement. C’est un choix qui se fait dès la construction, car il doit être placé au centre du logement et à proximité de la cage d’escalier.

Il accumule la chaleur durant la flambée et la restitue lentement. Une seule flambée par jour suffit. Il est généralement constitué d’un corps de chauffe en pierre, brique réfractaire, stéatite ou béton (les matériaux doivent pouvoir résister à une chaleur de 1000 degrés et aux chocs thermiques lors de la relance après des mois d’inactivité), et pèse de 1 à 6 tonnes. L’habillage du corps de chauffe est en brique, granit, stéatite ou céramique.

Il offre de nombreux avantages : un rendement de 80 à 90 %, une TVA à 5,5 %, le crédit d’impôt (sous condition que le poêle soit installé par un professionnel certifié RGE) et de grosses économies en combustible.

En revanche, soi poids suppose de s’assurer que le plancher puisse supporter sa masse.

Bien préparer votre projet de poêle de masse

Prix poêle à bois de masse :
compter entre 4 000 et 15 000 €, sans l’installation.

Poêle turbo

Poêle à bois turbo

Les poêles dits "turbo" sont composés d’une chambre unique de combustion avec une entrée d’air à mi-hauteur pour brûler les gaz et monter rapidement en température. Ils redistribuent la chaleur grâce à un ventilateur intégré.

Prix poêle à bois turbo : de 500 à 6000 €.

Le poêle à granulés, ou poêle à pellets 

Poêle à pellets ou granulés

Les pellets, ou granulés sont en réalité de la sciure et des copeaux de bois compressés. C’est un combustible d’excellente qualité avec un rendement de 80 à 90 %, supérieur aux bûches. Par ailleurs ils ont plus d’autonomie (1 à 4 jours) que les poêles à bûches et se rechargent généralement automatiquement via une trémie, même s’ils ont un réservoir de grande capacité. Ils sont également programmables et produisent une chaleur douce et constante sur une longue durée sans aucune intervention des utilisateurs pour entretenir la flamme.

Le prix d’achat du poêle à granulés et des granulés reste cependant plus élevé.

Les poêles à granulés requièrent une alimentation électrique pour l’allumage et la ventilation, pour le ventilateur et la programmation.

 prix d’achat du poêle

Tarif poêle à bois à pellets : 
compter en moyenne entre 1 500 et 5 000 €. 

Le poêle mixte ou polycombustible 

Poêle à bois mixte polycombustibles

Les poêles polycombustibles acceptent différentes sources d’énergie, souvent des bûches et des pellets, leur permettant de s’adapter aux cycles de chauffage des habitations. Par exemple, pendant la journée on chauffera aux granulés pour maintenir une chaleur douce, et le soir en rentrant on lancera une flambée de bûches pour une chaleur plus intense pendant quelques heures.

Ce type de poêles suppose des conduits adaptés à des combustibles mixtes. 

Tarif poêle à bois polycombustible : 
compter de 1400 à 7000 €.

Le poêle bouilleur ou hydro

Poêle à bois bouilleur

Le poêle à bois avec bouilleur permet de chauffer directement toutes les pièces en chauffant l’eau qui alimente le système de chauffage central, et l’eau chaude. Il est possible de trouver des poêles hydro mixtes : bûches et pellets, bois et fioul, bois et gaz…

En plus d’un échangeur, le poêle hydro est équipé de plusieurs systèmes de réglage de la température et de pression de l’eau.

Prix poêle à bois hydro

Prix poêle à bois hydro : compter de 3600 à 7000 €

Le poêle étanche

Poêle à bois étanche

Un poêle étanche peut aussi bien être un poêle à pellets qu’un poêle à bois. Son principe de fonctionnement est de prendre l’air dont il a besoin pour fonctionner non plus dans le volume chauffé, mais en dehors. Un double standard thermique et de consommation énergétique. Il s’agit en fait d’un poêle de chauffage avec une chambre de combustion en circuit fermé.

Les anciens poêles à bois utilisaient l’air de la pièce et le transformaient en air chauffé. On chauffait donc plus (les murs et ouvertures étaient moins isolés), mais le bois coûtait alors beaucoup moins cher !

Désormais les poêles actuels prennent l’air à l’extérieur de la maison, via un conduit d’entrée ou un vide sanitaire, et la chambre de combustion ainsi que la porte sont hermétiques à l’air qui n’est pas amené par ledit conduit. À ce titre, la fonte est l’un des seuls matériaux qui ne se déforment pas à haute température, et c’est donc le matériau de prédilection des poêles étanches.

Les poêles étanches sont plébiscités pour les bioconstructions, en raison du confort thermique prodigué et des économies d’énergie.

Ces poêles ont la certification « poêle étanche » du CSTB.

Prix poêle à bois étanche : compter de 1500 à 3500 €.

UTILISATION DE LA FONTE

La fonte est le matériau idéal pour le chauffage au bois en raison de son excellente conductivité thermique et sa forte inertie.

La chaleur est restituée de façon optimale et régulière, sans déperdition.

Pour les coulages de fonte, une partie de la matière première utilisée provient de la récupération, et ce matériau est entièrement recyclable.

Avantages et inconvénients principaux des différents types de poêles :

Poêle à bûches

Poêle à granulés

Poêle de masse

Poêle bouilleur (hydro)

Avantages

Rendement de 50 à 80 %.
Large fourchette de prix.
Facile et rapide à installer.
 

Rendement minimum 80 %.
Autonome.

Facile à entretenir.

Réglage facile de la température.

Rendement minimum 80 %.
Autonome.

Facile à entretenir.
Régulation aisée de la température.

Économe.
Utilisable pour chauffer plusieurs pièces.
Rendement supérieur à 80 %.
Intéressant dans le cadre d’une rénovation. 

Inconvénients

Espace de stockage nécessaire.

Autonomie limitée.

Rayonnement de chaleur limité à la pièce.
Espace de sécurité à prévoir.

Entretien régulier obligatoire.

Dépendance à l’énergie électrique.
Nuisances sonores.

Nécessité de bien choisir le professionnel pour le réglage.

Appareil peu esthétique.

Le temps de chauffe.

Le poids.

La taille.

Le prix.

Uniquement pour les habitations disposant d’un système hydraulique.
Faible autonomie.

2. Certificats, labels et réglementation

Norme NF DTU 24.1 sur la réglementation des conduits de fumée

La norme NF DTU 24.1 vise la réalisation des conduits de fumée desservant un ou plusieurs appareils de chauffage. Elle précise les règles de conception et de mise en œuvre et il est primordial que les installations de conduits de fumée soient effectuées dans le respect des règles de l’art.

Cette norme s’applique aux évacuations des fumées de tous types d’appareils de combustion et tous types de combustibles usuels.

Elle est consultable auprès de l’AFNOR et du CSTB.

Distance de sécurité

réglementation des conduits de fumée

Lors de l’installation de votre poêle, l’installateur doit respecter une distance de sécurité minimale entre les surfaces externes du conduit de fumée et tous les matériaux combustibles adjacents.

Cette distance varie en fonction des matériaux et combustibles.

Qualification RGE Qualibois Air et/ou Qualibois Eau

Les professionnels doivent posséder les connaissances requises pour mener à bien leurs réalisations en conformité avec la législation pour la sécurité des biens et des personnes.

Qui plus est, depuis 2015, pour faire bénéficier les particuliers des aides publiques (CITE, TVA, Éco PTZ), les professionnels doivent être qualifiés RGE.

Label Flamme Verte

Le label Flamme Verte porte sur le niveau de performance et les émissions de polluants. Pour être éligible au label Flamme Verte, un poêle à bûches doit avoir un rendement minimal de 70 %. Mais ce rendement de 70 % ne suffit pas pour un chauffage principal. C’est pourquoi, depuis 2015, les chiffres donnés par le label sont considérés comme un minimum requis.

Label Flamme Verte

Le label attribue des classements par étoiles.

ATTENTION

Les appareils 4 étoiles n’ont plus droit au label Flamme Verte et ils ne permettent pas de bénéficier du crédit d’impôt. Mais attention, ils représentent encore plus de 30 % des modèles actuellement en vente.

Les garanties du label Flamme Verte, selon le classement :

Poêles à bûches

Poêles à granulés

5 *****

Rendement minimum 70 %
Taux de CO2 0,30 %

Émission de particules fines : 90 mg/m3 maximum

Rendement minimum 85 %
Taux de CO2 0,04 %

Émission de particules fines : 90 mg/m3 maximum

6 ******

Rendement minimum 75 %
Taux de CO2 0,15 %

Émission de particules fines : 50 mg/m3 maximum

Rendement minimum 87 %
Taux de CO2 0,03 %

Émission de particules fines : 40 mg/m3 maximum

7 *******

Rendement minimum 75 %
Taux de CO2 0,05 %

Émission de particules fines : 30 mg/m3 maximum

Rendement minimum 90 %
Taux de CO2 0,02 %

Émission de particules fines : 30 mg/m3 maximum

Poêle étanche du CSTB

Un poêle sera considéré comme étanche si la globalité de l’installation (incluant les conduits) perd moins de 0,25 m³ d’air/kW. Ils sont bien évidemment plus chers à l’achat.

3. Comment choisir son poêle ?

Assurez-vous avant de prendre conseil, que le vendeur à qui vous vous adressez a reçu une formation technique adéquate (vérifiez sa certification Qualibois).

Comment choisir son poêle ?

A) Calculez votre besoin en rendement

En règle générale, il faut compter environ 0,1 kW/m² pour un logement bien isolé avec une hauteur sous plafond de 2,5 mètres.
Un poêle de 11 kW permet de chauffer un espace de 110 m². Si vous connaissez votre hauteur sous plafond, faites le calcul au m3 et comptez 0,04 kW par m3.

Le calcul global de votre puissance de poêle à bois dépendra d’un certain nombre de facteurs, dont vous devriez discuter avec le fabricant ou l’installateur :

• votre situation géographique
• l’altitude de votre logement
• la surface à chauffer en m2
• la hauteur sous plafond
• l’isolation
• le nombre d’étages
• la forme de votre maison (cube, en L, en U, mitoyenne…)
• la date de construction
• la température ambiante désirée
• votre installation de chauffage actuelle
• Vos murs, plancher et toit (matériau, isolation, épaisseur)
• la proportion de chaleur que vous comptez apporter grâce à votre chauffage au bois (confort, appoint ou principal)
• etc.


B) Choisir le type de diffusion de chaleur

Le poêle à bois diffuse la chaleur soit par convection (le poêle à bois produit de l’air chaud qui est réparti dans les autres pièces via des conduits), soit par rayonnement (le chauffage est régulier et de basse température et il est diffusé par les parois du poêle, le bâti et les murs).

type de diffusion de chaleur

La diffusion par convection est plus rapide et plus immédiatement efficace. Les poêles à rayonnement ont des foyers fermés qui réduisent l’utilisation de combustibles et assurent un air de meilleure qualité à l’intérieur de l’habitation.

Hormis le type et le mode de votre appareil, vous regarderez en premier lieu les performances évidemment. Puis si c’est un poêle d’appoint, le look comptera pour beaucoup.

Mais voici d’autres critères que vous devrez prendre en compte au moment du choix :

L’alimentation électrique : les appareils qui nécessitent un branchement électrique (généralement les poêles à pellets) disposent d’une programmation d’allumage/arrêt et horaire. C’est l’une des raisons qui en font des appareils de chauffage principal. Mais ils sont, par principe, dépendants du bon fonctionnement de votre réseau électrique. En cas de panne : pas de chauffage.

Le bruit : les poêles à granulés et les poêles turbo sont équipés d’un ventilateur qui peut occasionner une gêne sonore. À cela s’ajoute le bruit du moteur de vis sans fin qui permet d’alimenter le foyer pour les poêles à pellets.

L’autonomie et le rechargement : les poêles à granulés ont une autonomie pouvant aller de 1 à 4 jours. Alors que les poêles à bûches doivent être rechargés manuellement et au moins une fois par 24 heures. De plus, manipuler des bûches et des sacs de pellets de 25 kilos n’est pas à la portée de tous. Il en va de même lors de la livraison du bois ou des pellets, qu’il faut rentrer au sec.

La taille : il est préférable de choisir un petit poêle à bois que l’on fera tourner à plein régime qu’un grand qui n’utilisera pas toutes ses capacités. En sous-régime, un poêle perd en qualité de combustion et consomme plus. Un grand foyer au ralenti produit des suies, pollue et encrasse les conduits.

C) Quel poêle à bois acheter ?

Type de poêle 

Idéal pour :

Poêle à bûches

Chauffage d’appoint robuste

Plaisir de charger les bûches et de visualiser les flammes

Possibilité de faire son bois

Poêle à pellets

Chauffage principal jusqu’à 100 m²

Autonomie de 24 heures
Économique dans une région de production de granulés
Réglage facile

Poêle mixte

Chauffage principal avec manutention au choix

Allie l’automatisation des granulés et la belle flambée de la bûche

Autonomie de 24 heures
Conduits adaptés à un combustible mixte

Poêle de masse

Chauffage central

Temps dispo. pour assurer la manutention toutes les 12-24 heures

Chaleur très agréable

Possibilité de faire son bois
Emplacement en sous-sol ou chaufferie

D) Les marques et fabricants (liste non exhaustive)

- Attika
- Biofire
- Bodart-Gonay
- Brisach
- Bullerjan
- Cashin France
- Chazelles
- Cheminées Philippe
- CS Thermos
- Danskan
- Deville
- De Manincor : poêles à bois et cuisinières italiennes très anciennes avec une solide réputation.
- Exoflam
- Fondis
- France Flamme
- Godin : le prix d'un poêle à bois suspendu - Godin tourne en moyenne autour de 2000 €.
- Haas+Sohn
- Hase
- Hiemstra
- Invicta

- Jotul : une gamme très large de produits et de looks pour ce fabricant au catalogue impressionnant.

​​​- Leoni
- Lohberger
- Lotus
- Moretti Design
Morsoe
- Nestor Martin
- Poujoulat : leader des fabricants français. Spécialiste des conduits de cheminée.
- Piazzetta
- Ruegg
- Scan : Poêle à bois, Cheminée insert, - Cheminée à foyer
- Skantherm : la marque allemande est l’une de celles qui dominent le marché. Elle fabrique des appareils modulables avec des options intéressantes.
- Stovia : le prix d'un poêle d'angle Stovia va de 700 à 1500 €
Stuv
- Termatech : poêle à bois positionnés sur le marché de la moyenne gamme, un large réseau de distributeurs.
- Turbo Fonte
- Thermorossi
- Tonwerk
- Wodtke

4. Combien coûte un poêle à bois ?

Poêle à bûches

Poêle à pellets

Poêle mixte

Poêle de masse

Chaleur

Rayonnement

Convection naturelle

Rayonnement

Convection forcée

Rayonnement

Convection 

Rayonnement

Chauffage

Appoint

Principal

Principal

Appoint

Surface maximale

100 m2

100 m2

> 100 m2

>100 m2

Recharge

Toutes les heures

1 fois/ jour

Tous les 2 jours

Tous les 3/4 jours et +

Rendement

70 à 85 %

80 à 95 %

85 à 90 %

90 %

Coût d'un poêle à bois


400 à 15 000 €

1500 à 5 000 €

5 000 à 7 000 €

3 000 à 15 000 €

III. Les combustibles

1. Sacs de pellets et stères de bûches

Sacs de pellets et stères de bûches

Que vous choisissiez un poêle à bois alimenté en bûches ou un poêle à granulés, vous opterez pour un système de chauffage écologique. Le combustible le moins cher du marché est une source d’énergie renouvelable et il fonctionne en circuit court ce qui permet d’éviter le transport et donc, la pollution !

Contrairement au gaz, à l’électricité ou au fioul, inutile d’être raccordé à un réseau, il suffit de s’organiser pour s’approvisionner : le bois est accessible à tous. Aucun frais d’abonnement non plus ! Et aucune taxe contrairement au fioul.

Le bois sec

Une bûche est considérée comme « bois sec » lorsqu’elle a séché 2 ans dans des conditions optimales d’aération et d’humidité, sonne creux et se fendille sans développer ni moisissure ni champignon.

Les résineux sont réputés encrasser les conduits en raison de la présence de résine et on essaye généralement de les éviter, leur préférant les bois d’arbres feuillus : charme, hêtre, orme, noyer.

Le châtaigner éclate en brûlant et peut provoquer des accidents. Le peuplier et le saule brûlent très rapidement et ne sont pas très performants pour cette raison.

Comment reconnaître un bois sec ?

• le bois sec pèse moitié moins que lorsque la bûche a été fraîchement coupée
• si vous la laissez tomber, elle sonne « creuse »
• le bois est éclaté et l’écorce se décolle et la mousse est desséchée.

Les pellets

Le poêle à pellets produit une énergie propre sans production de CO2 ce qui fait également de ce dernier un système particulièrement respectueux de l’environnement. Les granulés ne comportent pas de produits chimiques, car ils sont composés de résine et d’éléments naturels.

Stockage du bois


Contrairement au fuel, à l’électricité ou au gaz, le bois, que ce soit sous forme de bûches ou de granules, suppose que vous ayez suffisamment de place pour le stockage dans de bonnes conditions.

Les sacs de granulés doivent être conservés au sec dans un silo. Pour une tonne de pellets, il faut compter 1,6 mètre cube de stockage.

Quelle quantité commander ?

Stockage du bois

1 stère = 0,8 m3 en 50 cm = 450 kg = 150 l fioul = 330 kg granules = 1500KW/h

Attention aux volumes et unités du bois !

1 stère = 0,8 m3 en 50 cm et 0,7 m3 en 33 cm

2. Tarifs bois : le prix des combustibles

Le prix du bois, tous types confondus, varie entre 0,03 et 0,06 € par kWh, ce qui en fait la source d’énergie chauffage la plus économique du marché.

Le tarif du bois de chauffage (bûches ou granulés) varie faiblement :

  • Bois : + 3 % en 10 ans
  • Électricité : +35 % en 10 ans
  • Gaz : +40 % en 10 ans
  • Fioul : +96 % en 10 ans.

De plus il existe des aides financières, nombreuses, pour se chauffer au bois : crédit d’impôt, taux de TVA réduit à 5,5 %, aides de l’État ou des régions...

Tarifs bois 2018, selon le format de combustible bois :

Combustible bois par catégorie

Tarif bois 2018

Bûches 33 cm

67 €/stère

Bûches 50 cm

61 €/stère

Granulés (pellets) vrac

250 €/tonne

Granulés (pellets) sac

​302 €/tonne

Quelques conseils d’achat de bois

  1. passez par un professionnel qui vous établira une facture (indispensable en cas d’incident)
  2. préférez du bois garanti issu d’une gestion saine des forêts (« PEFC »)
  3. commandez au printemps : vous aurez plus de choix, moins de délai d’attente pour la livraison et de meilleurs tarifs
  4. choisissez un bois sec à 20 % d’humidité
  5. achetez en priorité : chêne, charme, hêtre.
  6. n’utilisez du châtaignier que si vous avez un foyer fermé
  7.  évitez les résineux

IV. Le chauffage au bois

1. Les différents modes de combustion

Le bois soumis à une forte hausse de température brûle (simple combustion) et se transforme en charbon et en gaz, puis ce sont les gaz qui s’enflamment et produisent la chaleur (double combustion). La technologie d’un poêle diffère en fonction de la façon dont la combustion des gaz est gérée.

Le poêle à combustion classique ou simple combustion

Ce sont les poêles anciens. l n’y a qu’une seule arrivée d’air, une partie des gaz s’échappe sans avoir été brûlée. Les performances sont mauvaises (moins de 50 %) et ils libèrent des composés polluants dans l’air. Ils ne sont pas admissibles au crédit d’impôt.

La post combustion, ou double combustion

La plupart des appareils sur le marché sont en double combustion. Elle brûle les gaz issus de la première combustion, qui brûle le bois. Ceci augmente le rendement. Pour obtenir une post combustion, une température d’environ 600 °C doit être atteinte dans le foyer pour permettre aux gaz de s’enflammer. La post combustion nécessite une seconde arrivée d’air dans la partie supérieure du poêle. Il faut en effet réchauffer l’air insufflé. 


Le rendement de la post combustion se situe entre 65 et 85 %.

D’un point de vue environnemental, les gaz qui sont polluants (monoxyde de carbone) ne sont pas rejetés, mais brûlés : ce mode est écologique.

Les conduits sont moins encrassés par les gaz et rejets de combustion et la vitre du foyer reste propre, il y a donc moins d’entretien.

Quelques précautions à prendre pour un mode en double, ou postcombustion :

• utiliser du bois très sec

• les flambées doivent avoir un volume minimal de 3 bûches pour élever suffisamment la température
• il convient d’ouvrir la seconde arrivée d’air progressivement jusqu’à obtention de la double combustion
• attention, la chaleur ressentie à proximité du foyer/poêle est beaucoup plus intense

Le poêle turbo

Adaptation de la double combustion munie d’un ventilateur permettant une meilleure extraction de la chaleur. La confusion est assez grande et l’assimilation à la double combustion est assez facile à faire, même si quelques secrets de fabrication peuvent sûrement faire une différence au niveau de la technologie.

Globalement, un poêle turbo n’est pas beaucoup plus efficace qu’un poêle à double combustion...

ALLUMAGE : La méthode "top-down"

La méthode top-down est une méthode d’allumage de feu relativement récente et encore peu utilisée. Elle s’adapte à tous les appareils à bois​.

1. pour commencer, disposer des grosses bûches en les croisant
2. laisser suffisamment d’air entre chaque bûche
3. ajouter sur le dessus des bûches plus petites selon le même principe
4. terminer avec du petit bois et un allume-feu
5. enflammer le petit bois
6. les flammes se dirigeront du sommet vers le bas

Cette méthode a plusieurs avantages :

• le feu ne s’écroule pas
• les bûches se consument de façon homogène
les gaz polluants sont brûlés

2. Choix de l'emplacement et faisabilité

fonctionnement du poele

Choix de l'emplacement

emplacement poele à bois

Une position centrale est généralement idéale. Voici les différents éléments qui interviennent dans le choix de l’emplacement :

1/ Si les conduits de fumées sont existants...

Les possibilités sont limitées : le poêle devra se trouver à proximité de ces conduits.

2/ Si les conduits d’évacuation des fumées n’existent pas...

Certaines contraintes réglementaires peuvent limiter vos choix. Il convient de créer des conduits les plus verticaux possible afin que la fumée s’échappe facilement.

Si votre toiture se trouve à proximité d’une maison mitoyenne, la sortie de toit se fera de l’autre côté. Le poêle devra alors être à la verticale de cette sortie de toit.

Il est possible de réaliser des conduits avec changements de direction et « coudes ».

Il est impossible d’installer un poêle à bois sans conduit de cheminée (conduit de fumée).

En fonction des pièces à chauffer

En général, on installe le poêle dans la pièce qu’il doit chauffer. La répartition de la chaleur sera plus efficace s’il se trouve au milieu de la pièce. Si le poêle doit chauffer des pièces en hauteur, mieux vaut le rapprocher de l’escalier.

Pensez au sens de circulation de la chaleur : la chaleur en est tributaire.

Les constructeurs prévoient que la circulation de l’air s’opère des pièces dites « sèches » vers les pièces dites « humides ». Autrement dit, acheminé par les chambres ou le salon via des réglettes d’entrée d’air au-dessus des fenêtres, par exemple, vers la cuisine, la salle de bains, ​etc.

En théorie, la chaleur de la cuisine où de la salle de bain ne doit pas arriver dans le salon, bien que ce ne soit pas toujours exact dans les constructions anciennes.

L’emplacement doit aussi respecter la sécurité et se trouver à bonne distance de parois combustibles (mur en bois ou plancher par exemple). Les poêles à rayonnement ne doivent pas être placés dans des endroits qui présentent des risques de chute : en bas des escaliers, près d’un seuil surélevé...

Un poêle... de masse

Votre plancher doit pouvoir supporter le poids de votre poêle à bois, surtout si c’est un poêle de masse qui pèse entre 500 kilos et 2 tonnes !

Un poêle à bois dans un appartement ?

En règle générale, on ne peut pas faire poser un poêle ou une cheminée dans un appartement, car les contraintes d’évacuation des fumées sont réelles.

Toutefois si vous êtes propriétaire et que la structure de votre immeuble le permet ou que le conduit est préexistant, vous pouvez installer un poêle d’appoint, à condition de bien évacuer les fumées de votre appareil : un conduit d’évacuation des fumées qui sera composé d’un conduit de raccordement (tuyau de poêle) et d’un conduit de fumée avec évacuation en toiture.

Le conduit de fumée ne doit pas transiter à travers les autres appartements : c’est ce qui rend difficile l’installation d’un chauffage au bois dans un appartement dans la majorité des cas.

Vérifiez auprès de votre syndic que votre règlement de copropriété n’interdit pas cette pratique.

Si un conduit est pré existant, faites-le examiner par un spécialiste pour décider s’il est utilisable en l’état, avec tubage ou si la création d’un nouveau conduit est nécessaire.

Dans tous les cas cela risque d’être un mini poêle à bois, impossible de mettre un poêle de masse dans un appartement.

Les conduits de fumée et systèmes d’évacuation

Il existe plusieurs types de conduits de fumée :

• les conduits traditionnels ou maçonnés
• les conduits métalliques polycombustibles
• les conduits en briques
• les conduits dits mandrinés (dans l’épaisseur du mur)

Votre conduit devra être vérifié et diagnostiqué par un professionnel RGE qui déterminera si votre conduit est adapté à l’appareil de chauffage envisagé.

Si le conduit est sous-dimensionné, il y a des risques de refoulement et d’intoxication.

Si le conduit est surdimensionné, il y a excès de tirage et surconsommation de combustibles.

3. Guide de pose poêle à bois

L’installation d’un poêle à bois ou d’une cheminée est réalisée par un professionnel dont c’est le métier. Cela vous garantira la bonne façon, le respect des normes et réglementations, et vous donnera accès au crédit d’impôt si le professionnel choisi est RGE.

PREMIER CAS : Remplacement d’un appareil existant

  1. Réalisation de l’arrivée d’air frais en traversée de mur, en vide sanitaire ou autre
  2. Réalisation ou rénovation du mur d’adossement
  3. Réalisation d’un habillage ou d’une protection murale
  4. Protection du sol
  5. Traitement du conduit de fumée
  6. Création d’un conduit si le conduit existant n’est pas exploitable
  7. Tubage ou chemisage pour renforcer l’étanchéité du conduit en place
  8. Mise en place de l’appareil
  9. Raccordement du poêle
  10. Réglages et contrôle du tirage

    > 1 à 2 journées de travail

DEUXIÈME CAS : remplacement d’un appareil

  1. Dépose de l’ancien appareil, et démolition ou modification de l’habillage
  2. Retrait des gravats
  3. Retouches plafond, mur et sol
  4. Traitement de l’arrivée d’air frais
  5. Traitement du conduit de fumées : tubage si nécessaire
  6. Mise en place de l’appareil
  7. Habillage
  8. Protection du mur d’adossement
  9. Raccordement du poêle
  10. Réglages et contrôle du tirage

    > 2 à 3 journées de travail

4. Devis

Les fournitures

Lors de la visite technique préalable, le professionnel va déterminer si des interventions doivent être faites ou non sur les conduits, ce qui déterminera largement la liste des pièces et fournitures à ajouter pour la pose de votre poêle à bois.

Conduit
Tubage
Sortie de toit : solin, souche, chapeau de pluie…
Raccordement, ou tuyau de poêle
Grilles d’arrivée d’air frais
Isolation mur, sol, plafond

Prix pose de poêle à bois (fournitures) :
compter entre 1000 et 3000 € de matériel de fournitures.

La main d’œuvre

Selon que devront être inclus ou non :

Visite technique
Création de conduit
Remise en état ou tubage
Démolition éventuelle d’une ancienne cheminée
Intégration d’un insert
Dépose d’un poêle
Réglages
Mise en service
Visite de contrôle


Prix pose de poêle à bois (main d’oeuvre):
 comptez entre 500 et 2000 € pour ces frais liés à la main d’œuvre.

Le prix de la pose d’un poêle à bois, tous modèles confondus, se définit en moyenne entre 800 € et 3000 € pour une installation de base.

Un budget qui peut facilement doubler en fonction du mode d’intervention et des moyens déployés, du type d’installation souhaité et des difficultés rencontrées sur le chantier.

Le taux de TVA est réduit sur ce type de travaux à 5,5 %.
Différentes aides peuvent se cumuler et venir réduire le budget global.

V. Entretien, accessoires et aides financières RT 2012

1. Entretien, ramonage et accessoires

Entretien régulier d’un poêle

- Un entretien régulier et rapide pour les poêles à pellets, tous les 3 jours.
- Vidange et nettoyage du cendrier tous les mois.
- Nettoyage de l’extracteur à l’aspirateur tous les mois.
- Nettoyage régulier de la vitre du foyer et vérification des joints de la vitre.
- Révision annuelle par un professionnel.
- Deux ramonages annuels, selon arrêté préfectoral de votre département.

Le ramonage d'un poêle à bois

Le ramonage d'un poêle à bois

Comptez environ deux heures de travail et 100 €
pour un ramonage annuel de poêle à bois.

Accessoires

  • Allume-feu écologique 100 % naturel : 12 €
  • Testeur d’humidité bois : 20 €
  • Thermomètre pour poêle à bois : 18 €
  • Aspirateur à cendres : 35 à 120 €
  • Stockage granulés : 300 à 600 €
ramonage annuel de poêle à bois
  • Meuble d’intérieur design pour stocker vos pellets : 225 €
  • Range-bûches 95cm : 40 €
  • Transport Sac pour bois de chauffage XL : 45 €
  • Chariot à bûches 250kg : 68 €

2. Les aides financières RT 2012

Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE)

> 30 % du montant de l’appareil.
> Plafond de 8 000 € pour une personne seule et 16 000 € pour un couple.
> L’installation doit être réalisée par une entreprise « Reconnue Garant de l’Environnement », RGE.

Certificats d’économie d’énergie

Des primes énergies des fournisseurs d’énergie et grandes surfaces liées par les Certificats Énergie sont également accessibles pour financer l’achat d’un poêle à bois.


Aides de certaines collectivités locales

Les poêles à bois Flamme Verte ouvrent droit à des aides publiques.
Se renseigner auprès des collectivités.

L’éco-PTZ

Prêt sans intérêt accessible pour le financement d’un bouquet de travaux ou l’amélioration globale de la performance énergétique du logement.


TVA à 5,5 %

Le taux de TVA appliqué pour la mise en place d’un poêle à bois est le taux réduit de 5,5 %.

La condition pour obtenir les aides et la TVA minimum est d’intervenir dans un logement de plus de deux ans et faire appel à un artisan qualifié RGE (Reconnu Garant de l’environnement).

Estimer le prix de votre poêle à bois

Vous pouvez trouver, consulter et comparer des professionnels RGE pour vous aider à choisir votre poêle à bois : déterminer la faisabilité. vos besoins en puissance thermique, l'état de vos évacuations de fumée et faire installer chez vous un poêle à bois avec les aides de l'État. Le service de devis est rapide, facile et gratuit.

Avec le chauffage au bois, non seulement vous réduirez votre facture de combustibles, mais vous profiterez de l'esthétique et du confort thermique d'un chauffage 100% écologique !

X

Questions ? Infos ? Avis ? (Inscription non obligatoire) 0 Commentaires