Prix isolation extérieure :
réglementation, pose et chiffrage

Devis isolation extérieur Gratuit ici

Guide de l’isolation extérieure : réglementation, pose et prix
4.3 (86.48%) 71 votes

Quel que soit le matériau de construction de votre logement, votre appartement ou votre maison perdent de la chaleur. Aucun matériau de construction n’étant parfaitement thermiquement imperméable, même si les performances varient. Or l’hiver notamment, cette déperdition de chaleur peut engendrer des dépenses énergétiques parfois colossales, surtout si votre système de chauffage est moyennement performant. 

Alors comment bien réaliser une isolation extérieure ? Quel est le prix d'une isolation extérieure ? Est ce qu'il existe des aides de l'état pour l'isolation ? 

Nous répondons à l'ensemble de vos questions dans ce guide dédié.

La déperdition de la chaleur dans votre logement

La déperdition de la chaleur dans votre logement

I. Isolation Intérieure ou isolation extérieure ?

1. L’importance de l’isolation : le diagnostic énergétique

Pour faire des économies et pour ressentir un certain confort thermique dans votre habitation, vous avez besoin d’une bonne isolation

Exemple de pont thermique mur/sol

Cette isolation se fait sur les sols, le toit et les combles, les murs, et les ouvertures (fenêtres et portes essentiellement). Qui plus est, il existe naturellement des « ponts thermiques » qui sont des endroits de votre bâti ou s’opère une rupture naturelle de l’isolement (jonctions murs et sols, angles...).

Le Diagnostic de​ Performances Énergétique (DPE)

Les différentes classes du DPE, de A (Économe) à G (énergivore)

Les différentes classes du DPE, de A (Économe) à G (énergivore)

Le diagnostic de performance énergétique (DPE) fait partie des diagnostics techniques réalisés sur les biens immobiliers par la DDT. Il doit être présenté lors de la vente d’un logement et vise à informer le futur acheteur de la consommation d’énergie du bâtiment (chauffage, refroidissement, production d’eau chaude, à l’exclusion des appareils électroménagers et de l’éclairage). Sa validité est de 10 ans.

Ce diagnostic décrit également les rénovations techniques à entreprendre en fonction de la consommation moyenne d’énergie par m2 et les émissions de CO2 qui en découlent.

La plupart des recommandations du DPE aboutissent aux préconisations suivantes :

  • Installer une chaudière à condensation
  • Faire poser une pompe à chaleur
  • Investir dans le double ou triple vitrage
  • Isoler les combles
  • Isoler les façades, responsables de près de 50 % des pertes d’énergie

Il y a deux façons d’isoler ces endroits : isolation par l’intérieur ou par l’extérieur :

  1. L’isolation extérieure revient à recouvrir le bâtiment d’une enveloppe isolante.
  2. L’isolation intérieure consiste à faire barrage au froid en protégeant les murs intérieurs des pièces du logement. Les deux ont leurs avantages et leurs inconvénients.

Le toit est la zone d’isolation thermique qui est probablement la plus importante. La plupart des diagnostics thermiques montrent d’ailleurs que la toiture est l’endroit par lequel la plus grosse déperdition de chaleur se fait (la facture énergétique grimpe… au plafond).

Là encore, l’isolation thermique peut se faire par l’intérieur ou par l’extérieur.

Isolation du toit et des combles

Isolation intérieure du toit

Isolation intérieure du toit

Isolation intérieure du toit


Isolation intérieure du toit
  • Par l’intérieur : isolation sous rampants, avec parement de finition. Spécialement pour isoler les combles aménagées, consiste à injecter de la ouate de cellulose entre les solives et le plancher.
  • Par l’extérieur : isolation par des panneaux porteurs, caissons ou sarking. Ce panneau isolant extérieur comprend le support de couverture, l’isolation et en option le parement. Cette technique ne touche pas au volume habitable et préserve la charpente tout en assurant la ventilation. Le sarking consiste à isoler écologiquement (fibres de bois) la toiture directement sur les chevrons avec un frein vapeur et un pare pluie pour assurer en plus de l’ITE une bonne étanchéité à l’eau et à l’air.
ITE par sarking de toit

ITE par sarking de toit

La réglementation RT 2012

La réglementation thermique RT 2012 est devenue obligatoire depuis 2013 pour les logements neufs résidentiels, bâtiments tertiaires, et recevant du public. Elle exige une consommation d’énergie maximale de 50kWhEP/m2 SHON/an. Un bâtiment RT 2012 sera classé A ou B.

Depuis le 1er janvier 2011, l’affichage de l’étiquette Energie du DPE est obligatoire dans les annonces immobilières.

Les points principaux de la réglementation RT2012

Les points principaux de la réglementation RT2012

2. L’isolation intérieure

C’est la méthode la plus répandue, la plus simple à mettre en œuvre soi-même, et la plus économique. Elle permet notamment d’isoler les bâtiments classés ou façades de caractère avec des sculptures ou motifs architecturaux, qui ne pourraient pas être recouverts.

Il y a de multiples matériaux et techniques pour l’isolation intérieure. Récemment de nouveaux isolants sont utilisés, comme les briques de chanvre ou de lin.

  • Panneaux isolants (isolant+plaque de plâtre) fixés au mur par collage ou par vissage en laine minérale (laine de verre ou laine de roche), plastiques alvéolaires (isolation par l’extérieur polystyrène extrudé, expansé ou polyuréthane).
  • Contre-cloison à ossature métallique : l’isolant est placé entre le mur et l’ossature, avec une plaque de plâtre pour terminer. Ce système permet de « redresser » les murs irréguliers et de faire passer des câbles électriques sans toucher à l’isolation.
  • Contre-cloison maçonnée : l’isolant est placé contre le mur et enfermé par la contre-cloison en plâtre.
Isolation intérieure avec contre-cloison à ossature métallique.

Isolation intérieure avec contre-cloison à ossature métallique.

3. L’isolation thermique extérieure (ITE)

 Présentation de l’ITE en vidéo

Dans l’ITE, il existe plusieurs procédés :

  • Enduit hydraulique : un isolant en général composé de polystyrène expansé est collé sur le mur extérieur puis recouvert d’un enduit armé de fibre de verre et finalement d’un enduit de finition. Les deux couches minces (3 à 5 mm) de l’enduit sont collées, ou fixées (par un treillis) si la surface du mur de votre façade ne le permet pas) compter alors 15 à 20 mm d’épaisseur).
Enduit hydraulique

Enduit hydraulique

Enduit hydraulique

Enduit hydraulique

VIDÉO : Présentation de l’enduit hydraulique

  • Enduit mince sur isolant (ou bardage) : l’isolant en polystyrène, laine de roche ou laine de verre est fixé au support, puis paré de pierre, ardoise, bardage bois ou PVC. On pose ensuite un bardage ou une ossature recouverte d’un parement extérieur. Il existe aussi des plaques ou ces multicouches sont pré-montées et doivent simplement être fixées sur les parois extérieures. Il est alors primordial que l’adhésion de la colle sur le mur soit parfaite. Seuls les systèmes agréés CSTB doivent être utilisés pour une isolation garantie.
Enduit mince sous bardage bois

Enduit mince sous bardage bois

Enduit mince sur isolant

Enduit mince sur isolant

4. Tableau comparatif isolation intérieure et isolation extérieure

ISOLATION INTÉRIEURE

ISOLATION EXTÉRIEURE (ITE)

isolation intérieure
isolation extérieure

Pas de déclaration

Nécessite une déclaration préalable de travaux ou un permis de construire.

Peut-être, mise en place pièce par pièce

Toutes les façades doivent être isolées en même temps

N’empêche pas les ponts thermiques aux jonctions

Limite les ponts thermiques

La performance d’isolation dépend de l’isolant choisi

Haute Performance d’isolation optimale : +3 classes de DPE

Économies d’énergie

Économies d’énergie

Sans incidence sur l’extérieur

Idéal pour la rénovation de la façade extérieure


Permet de faire l’isolation et la rénovation en une seule étape

S’adapte à tous les murs, même irréguliers

Pas adaptée à toutes les parois (reliefs, sculptures, frises) : ne s’applique pas à l’architecture historique ou ancienne


Contraintes architecturales : balcons, loggias…


Incompatible avec les volets battants et le scellement des gonds

Performance acoustique selon l’isolant

Confort acoustique supérieur aux exigences de la Réglementation Acoustique (NRA)

Généralement recouvert de plaques de plâtre, bois ou briques

Choix des matériaux de bardage (bois, fibrociment, pierre, PVC, métal, zinc, etc.)

Empiète sur l’espace habitable

Préserve l’espace intérieur


Les travaux se font à l’extérieur et ne perturbent pas l’espace de vie des habitants

Nécessite la pose d’un pare-vapeur

Laisse circuler la vapeur d’eau de l’intérieur vers l’extérieur afin d’éviter les phénomènes de condensation et l’apparition de moisissures.

entre 20 et 40 € le m2

entre 50 et 75 € le m2

Plus coûteuse qu’une isolation thermique par l’intérieur, l’isolation thermique par l’extérieur, appelée ITE, ITE façade ou ITE mur, représente cependant la solution la plus efficace pour garantir des économies d’énergie, une diminution des émissions de gaz à effet de serre, un gain de confort été comme hiver.

Elle permet en une seule intervention d’isoler votre logement et de faire l’isolation façade sans perdre de surface habitable ni devoir réaménager l’intérieur. Qui plus est, l’ITE traite plus de ponts thermiques, renforce l’inertie du bâtiment (voir plus loin) et permet de bien ventiler votre logement pour assurer une atmosphère saine.

II. Les performances des matériaux de l'ITE

1. Coefficient de résistance

Pour mesurer la performance d’un matériau d’isolation, on mesure la résistance thermique :

Coef. Résistance   =   épaisseur du matériau (en mètres)/ λ ( conductivité thermique)

Donc si on veut obtenir une résistance thermique de 5, sachant que pour la laine de verre, λ= 0,04 :

  • R= e/λ          
  • Il faut une épaisseur de 20 cm
  • Certains calculateurs en ligne vous aideront à faire ce calcul, surtout si vous avez plusieurs couches de matériaux.

    2. Tableaux comparatifs des matériaux

    On distingue trois catégories de matériaux isolants :

Laines minérales

Isolants synthétiques

Isolants écologiques

Laines minérales
Isolants synthétiques
Isolants écologiques
  • Laine de verre
  • Laine de roche
  • Polystyrène expansé
  • Polystyrène extrudé
  •  Polyuréthane
  • Fibres ou laine de bois
  • Laine ou briques de chanvre, lin, coton, liège ou paille
  • Laine de mouton
  • Plumes d’oie
  • Ouate de cellulose en papier recyclé
  •  Textiles recyclés

Avantages : 

-Rapport performance/prix

-Résistance au feu

Avantages : 

-Bon marché

-Performances excellentes

-Gain de place

-Résistance à l’humidité

-Résistance à la compression

Avantages :

-Bonnes performances

-Bonne isolation de la chaleur l’été

-Évacuation naturelle de la vapeur

-Bilan environnemental favorable

Inconvénients :

-Bilan environnemental défavorable

-Isolent mal de la chaleur l’été

Inconvénients :

-Bilan environnemental défavorable

-Isolent mal de la chaleur l’été

-Vapeurs en cas d’incendies sont mortelles

Inconvénients :

-Prix (sauf pour la ouate de cellulose en tant que matériau recyclé, ce qui la place en haut du classement tous critères confondus)

Comparatifs des matériaux isolants du marché : 

 

λ

Les plus

Les moins

Isolation par l’extérieur avis écologique

Prix

Laine de verre

Laine de verre

0,032-0,046

Prix

Facile à poser

Léger

Irritations pendant la pose

Résistance à l’humidité

Tassement

confort d’été faible

3/10

8 à 15 €/m² pour R=6,5


1,33 €/m² pour R=1

Laine de roche

Laine de roche

0,033-0,042

Prix

Facile à poser

Léger

Résistance à l’humidité

Tassement

5/10

9 €/m² pour R=5


1,8 €/m² pour R=1

cellulose

Ouate de cellulose

0,035-0,042

Prix

Traité contre les nuisibles

Ignifugé

Inflammation pulmonaire possible lors de la pose Tassement

8/10

8,64 €/m² pour R=6


1,44 €/m² pour R=1

polyuréthane

Polyuréthane

0,023-0,027

Résistance mécanique

Résistance à l’humidité

Faible longévité

Irritation en cas de contact prolongé

Toxique en cas d’incendie

2/10

17 €/m² pour R=2,


7,39 €/m² pour R=1

ITE Polystyrène expansé ou extrudé

ITE Polystyrène expansé ou extrudé

0,030-0,038

Résistance mécanique élevée

Matériau très léger

Résistance à la compression

Faible isolation acoustique

Dégagement de gaz toxique en cas d’incendie

2/10

18 €/m² pour R=6,5


2,7 €/m² pour R=1

perlite

Perlite

0,05-0,06

Isolation phonique

Ininflammable

Insensible aux rongeurs

Longévité

Prix

9/10

2,04 €/m² pour R=0,4


5,1 €/m² pour R=1

laine de lin

Laine de lin

0,035-0,041

Isolation phonique

Résistant au vieillissement

Prix

10/10

21,4 €/m² pour R=2.7


7,9 €/m² pour R=1

laine de chanvre

Laine de chanvre

0,039-0,044

Bonne isolation phonique

Ininflammable

Naturellement insensible aux rongeurs

Insensible à l’humidité

Longévité élevée

Assez difficile à couper

9/10

20,3 €/m² pour R=2.5


8,12 €/m² pour R=1

laine de coco

Laine de coco

0,037-0,047

Imputrescible

Longévité

Isolation acoustique

Production lointaine

Utilisation de pesticides pour la culture

Doit être ignifugée

7/10

27 €/m² pour R=2.5


10,8 €/m² pour R=1

liège expensé

Liège expansé

0,032-0,049

L’un des meilleurs isolants phoniques

Imputrescible

Longévité

Production lente

10/10

36,42 €/m² pour R=2.5


14,56 €/m² pour R=1

laine de bois

Laine de bois

0,039-0,050

Longévité

Sensible à l’humidité

Contient du polyuréthane

Doit être traitée contre les rongeurs

Doit être ignifugée

8/10

6 €/m² pour R=2


3 €/m² pour R=1

laine de mouton

Laine de mouton

0,032-0,041

Possibilité de production locale

Résistance à l’humidité

Longévité

Moins isolant en été

Pose difficile sur les parois verticales

7/10


(Produit issu de l’élevage)

12 €/m² pour R=2,78


4,31 €/m² pour R=1

3. Le polyuréthane, peu écologique, mais techniquement performant

Le polyuréthane est un isolant dérivé du pétrole considéré à l’heure actuelle par les professionnels comme plus performant des matériaux isolants pour l’isolation thermique extérieure. Très isolant, léger, compact et résistant, il présente les avantages suivants :

  • une masse volumique faible
  • très résistant dans le temps
  • optimalement étanche à l’air et à l’eau (humidité, chaud ou froid)
  • certains polyuréthanes nouvelle génération intègrent en partie des matériaux durables afin de pallier à la mauvaise réputation environnementale du polyuréthane

On utilise généralement le polyuréthane pour l’isolation intérieure et extérieure de l’habitat, en projection pour les isolations de combles, de chapes ou le doublage des murs.

Tous critères confondus, le polyuréthane devance le polystyrène et les laines minérales. À coefficient R similaire, 100 mm d’épaisseur d’isolant polyuréthane valent 146 mm de polystyrène ou 154 mm de laine minérale ITE .

Des études récentes ont montré que l’impact environnemental du polyuréthane était équivalent à celui de la laine minérale et de l’isolation extérieure polystyrène.

polyuréthane, peu écologique, mais techniquement performant

Le pouvoir isolant du polyuréthane

Exemple de chantier pour isoler par l’extérieur,  bardage bois sur isolant polyuréthane :

Isolation par l’extérieur bardage bois sur isolant polyuréthane


Isolation par l’extérieur isolant polyuréthane

III. Pose d'une isolation thermique extérieure (ITE)

1. Avant de poser votre isolation extérieure maison

Si la pose d’un isolant intérieur peut être facilement réalisée par un particulier, il sera préférable de confier la pose de votre ITE à un professionnel agréé, en particulier s’il s’agit de grimper sur votre toit !

Un professionnel utilisera des rives brevetées, des matériaux adaptés à votre bâtiment et s’assurera que tous les ponts thermiques soient couverts, l’étanchéité hygrométrique également et vous assurera une isolation optimale.

Mais si vous décidez de poser vous-même votre isolation, assurez-vous de travailler en équipe, avec des engins de portage pour les plaques les plus lourdes, des échafaudages au besoin, et dans tous les cas prenez garde à ne pas négliger votre sécurité ! Un harnais sera nécessaire si vous montez sur le toit.

L’isolation extérieure ne gêne en rien le quotidien des habitants et n’encombrera pas votre logement.

Vous trouverez des systèmes adaptés à tous les types de supports, veillez seulement à bien étudier le plan technique de votre isolation avant de vous lancer (épaisseur, choix de l’isolant, ossature, bardage ou couverture, fixation, etc.) !

Pour plus de facilité, vous opterez pour un système tout-en-un pare-vapeur + isolant + habillage de façade, livré prédécoupé. Certains isolants se posent avec colle, d’autres non. Les fabricants d’isolants vous fourniront toutes les informations techniques de pose, et au besoin la liste de professionnels ou entreprises agréées.

Vérifiez que le système que vous posez ait la garantie décennale sur le produit et éventuellement certifié par le Centre Scientifique et Technique du Bâtiment.

Si vous pouvez poser votre ITE toute l’année, il va de soi que l’été sera plus propice pour ne pas travailler sous la pluie ou risquer de glisser à cause de l’humidité.

Avant de vous lancer concrètement dans la réalisation de votre ITE, consultez les règles d’urbanisme de votre commune et (sauf si la façade est inscrite à l’inventaire des monuments historiques : il vous faudra une autorisation de l’Architecte des Bâtiments de France… mais vous risquez d’avoir des difficultés !) déposez une déclaration de travaux.

Si vous avez trop de contraintes (frises, parois vitrées, modénatures, balcons, loggias, bow-windows, etc.), vous pourriez devoir consulter un thermicien et arriver à la conclusion que la solution la plus adaptée dans votre cas est surement l’isolation intérieure.

Profitez-en dans tous les cas pour évaluer la possibilité de réaliser un traitement acoustique entre logements si vous isolez un immeuble collectif ou incorporer un système de chauffage et de rafraîchissement dans les murs ou le sol.

Le sol, parlons-en : la dalle du rez-de-chaussée doit impérativement être isolée afin de réduire les pertes par le sol et l’inconfort procuré par un sol froid. Le plancher bas peut représenter plus de 17 % de la consommation.

l’isolation du sol

N’oubliez pas l’isolation du sol !

Dans tous les cas, respectez les cahiers de prescriptions techniques (CPT) ou avis techniques correspondants au système d’isolation que vous choisissez.

VIDÉO : Réalisation d’une ITE sous bardage

Qu’est-ce que le point de rosée ?

Le « point de rosée » doit être une préoccupation thermique lorsqu’on pose son isolation extérieure maison. Il découle des principes physiques suivants :

  • l’air froid contient moins d’humidité que l’air chaud
  • quand on refroidit l’air, il contient moins d’humidité, si on le refroidit suffisamment, cette humidité se condense.
Illustration du point de rosée
point de rosé

Lorsque des amplitudes thermiques surviennent, le point de rosée, désigne le moment où l’humidité contenue dans l’air passe de l’état gazeux à l’état liquide, par exemple lorsque l’air chauffé par le soleil en plein hiver rencontre une fenêtre simple vitrage, ou n’importe quel point froid du bâtiment.

Si un plancher génère un point de rosée, de l’eau va apparaître soit sur les murs, soit à l’intérieur, et créer de l’humidité, puis de la moisissure. C’est pour cela qu’il faut absolument gérer les ponts thermiques de votre logement, sous peine de factures de chauffage importantes et de problèmes d’humidité.

En isolation thermique par l’extérieure (ITE), le point de rosée se situera au cœur de l’isolant si vous le posez mal : avec le temps votre isolant se dégradera, perdra en efficacité thermique et perdra son étanchéité. C’est pourquoi vous devez penser au pare-vapeur et à l’étanchéité à l’eau pour que l’humidité ne se condense pas, ni dans la maçonnerie ni au sein de l’isolant.

A retenir ! 

Si votre ITE est bien posée, avec le système qui convient à votre bâti, les murs extérieurs resteront chauds, et la vapeur d’eau restera à l’état gazeux. Une bonne ventilation type VMC permettra également de contrôler votre hygrométrie intérieure pour des murs sains.

Gare à l’inertie thermique

L’inertie thermique est la capacité d’un matériau à conserver sa température, garantissant le confort été comme hiver et minimisant le chauffage (ou la climatisation !). L’ITE permet de créer une excellente inertie thermique, quelle que soit la saison !

inertie thermique

En été, les murs accumulent la chaleur du soleil et la restituent progressivement à l’intérieur. Une ITE permet de freiner cette restitution et de conserver de la fraîcheur dans la maison plus longtemps.

En hiver, les murs de l’intérieur (forcément plus chauds que ceux de l’extérieur) vont cumuler en leur sein la chaleur interne et la restituer petit à petit à l’intérieur du logement, comme des radiateurs, puisque grâce à l’ITE il n’y aura pas de déperdition de chaleur vers l’extérieur.

2. Poser son isolation par l’extérieur soi-même


Les étapes à retenir pour isoler par l'extérieur

  1. Faites réaliser le diagnostic thermique de l’existant pour réaliser les priorités d’isolation et la technique
  2. Sélectionner le type de pose et l’isolant
  3. Choisissez le revêtement
  4. Mettez en place de l’isolant (pose des rails de départ, profilés d’arrêt latéraux, voire profilés de couronnement)
  5. Traitez les points singuliers
  6. Réalisez le sous­-enduit armé
  7. Finitions

Les systèmes de pose d'isolation

Il existe trois techniques de pose différentes :

  • la pose collée
  • la pose calée-chevillée
  • la fixation par profilés

 

Pose collée

Pose calée chevillée

Fixation par profilés

Bâtiments

Neuf et Rénovation

Rénovation

Rénovation

Nature de la maçonnerie support

Tout support sain et brut ou décapé

Tout support sain et brut ou décapé

Tout support sain et brut ou décapé

Résistance au vent

Forte

Faible

Moyen

Avantages

Pose rapide, facile
Très bonne résistance au vent

Rattrape les défauts du support
Permet de ne pas décaper

Facilité de fixation
Permet de ne pas décaper

Inconvénients

En rénovation, il faut décaper le support

Résistance au vent
Désafleurs possibles

Résistance au vent
Désafleurs possibles

 

pose collée
Pose calée chevillée
Fixation par profilés

 

23,90 € les 25 kg

0,40 €/ pce

6,30 € le rail de 2m50

Trois configurations de pose et leurs prix


A) Pose isolation toiture par l’extérieur

  • Préparation du support
  • Visser ou clouer le support sur les chevrons
  • Agrafer sur ce support continu un pare-vapeur
  • Pose de l’isolant
  • Pose du pare pluie
  • Fixer l’ensemble avec des contre-lattes
  • Pose de la couverture

La technique du Sarking est adaptée aux charpentes traditionnelles : une couche d’isolant rigide est posée sur une volige pleine directement sur les chevrons. C’est la solution pour tous ceux qui sont séduits par le charme d’une charpente apparente.

Elle permet un grand choix de finition de couverture (tuiles, ardoises, bardeaux, feuilles métalliques…). La technique du Sarking ajoute du poids sur la charpente lorsqu’il s’agit d’une rénovation. Il est donc impératif de faire réaliser un calcul de portance par un bureau d’étude pour juger de la faisabilité des travaux en toute sécurité. Cette technique d’isolation nécessite un réel savoir-faire, car elle est assez complexe. Un système de levage est nécessaire pour poser les panneaux sur la charpente.

Prix moyen isolation toiture : entre 108 € et 267 € par m² isolé.

Soit 131 € de matériel et 56 € d’outils, etc.

isolation charpente

B) Pose en mur sous bardage/vêture/vêtage

  • Sans enduit. Le parement ou bardage extérieur doit posséder les mêmes propriétés qu’un enduit.
  • L’élément isolant est alors fixé mécaniquement sur une structure porteuse.
  • Mettre en place une grille anti-rongeurs dans l’ossature porteuse
  • L’ossature secondaire est fixée au mur porteur par un système de chevilles.
  • Les panneaux isolants sont ensuite insérés dans les cavités. De la qualité de l’emboîtement dépend la qualité de l’étanchéité.
  • La mise en œuvre de l’ossature permet de ménager une lame d’air ventilée
  • Un écran pare-pluie est ensuite installé sur l’isolant.
  • Une contre-latte verticale est ensuite mise en place pour ménager le vide d’air nécessaire à la ventilation du système.
  • Le bardage est ensuite fixé sur ces contre-lattes
  • Le vêtage est collé ou fixé sur la maçonnerie par des fixations mécaniques traversant l’isolant sans ossature intermédiaire ni lame d’air ventilée.

Prix moyen bardage (seul) : 20 à 120 € le m².

C) Pose en mur sous enduit

Le rôle de l’enduit (mince ou hydraulique) dans un système d’isolation thermique par l’extérieur (ITE) est de protéger l’isolant collé ou fixé sur le mur extérieur.

Pose en mur sous enduit

Pour la réalisation de l’enduit, il ne faut pas travailler en températures trop basses ou hautes et employer des adjuvants pour retarder ou accélérer la prise de l’enduit en période chaude ou fraîche.

Le temps de prise de l’enduit monocouche pour isolation mur extérieur est réduit, et celui-ci aura tendance à friser et à s’arracher rapidement. Par temps froid, sa prise est plus longue. Que ce soit en été ou en hiver, le vent fort amplifie les phénomènes liés au froid ou à la chaleur.

Prix moyen panneau sous enduit (seul) : 120 à 190 € le m².

2. Coût isolation extérieure par un professionnel agréé

Pour faire poser votre isolation thermique d’extérieure (ITE) faites de préférence appel à un poseur agréé qui vous soumettra un métré et un chiffrage (n’hésitez pas à comparer les devis !). Sachez que si l’entrepreneur que vous choisissez possède la mention RGE (Reconnu Garant de l’Environnement), vous pourrez bénéficier des aides fiscales sur les produits d’isolation et leurs accessoires.

On compte généralement 50 à 60 € de budget isolation par l’extérieur pour la main d’œuvre au m² pour ce type de travail. Mais tout dépendra de :

  • votre surface à isoler
  • de l’épaisseur isolation extérieure
  • de la solution technique choisie
  • du type de pose
  • des complexités diverses.

Si l’isolation représente un budget conséquent, en revanche la différence de prix que vous investirez pour avoir un isolant plus performant (dans une gamme supérieure pour le même type d’isolant/matériau) sera négligeable.

Plus un isolant est performant, plus il vous permettra de faire des économies sur votre facture d’énergie. Nous parlons véritablement d’un retour sur investissement.

L’Agence nationale de l’habitat (ANAH) donne un prix isolation extérieur moyen :

Tableau Récapitulatif du Prix isolation extérieur


Prix minimum

Prix maximum

Pose de bardage

60 €

160 €

Pose d’enduit/colle

60 €

100 €

Pose de l’isolant

60 €

100 €

Main d’œuvre (autres étapes)

50 €

90 €

Chantier de 15 jours

3 822 €

5733 €

Maison d’un étage

8000 €

12 000 €

Isolation d’une seule façade

2 000€

2 500€

2 mois de travaux, 128 m² habitables, 2 couches de laine minérale

50 000€

2 mois de travaux, Isolation toiture et combles, 198 m² habitables

23 000€

Les économies peuvent atteindre 25 % en fonction du type de chauffage, de son ancienneté et de son énergie (bois, fioul, électrique). Le rendement isolation extérieure est donc à prendre en compte dans son budget.

Le retour sur investissement, après déduction des éventuelles aides, est généralement compris entre 12 à 16 ans.

IV. Financement et aides de l'état sur l'isolation extérieur des murs

Plusieurs organismes privés (banques, organismes de crédit…) peuvent vous aider à établir votre plan de financement pour vos travaux. Le Compte Épargne Logement ou un prêt conventionné sont des dispositifs intéressants.

L’ANAH, les conseils généraux et régionaux, collectivités locales, départements sont susceptibles de pouvoir vous aider dans votre projet, à condition que vous répondiez à certaines conditions.

Lorsque vous faites vos calculs pensez à inclure l’ensemble des frais, notamment les frais de dossier, frais d’assurances, indemnités de remboursement anticipé, etc.

L’ADEME ou Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie a mis en place un outil de comparaison des offres des banques isolation par l’extérieur aide sur www.ademe.fr.

Vous pourrez obtenir certaines aides spécifiques à l’isolation à condition de viser les performances suivantes :

  • R ≥ 3.7 m² K/W : Mur en façade ou en pignon
  • R ≥ 4,5 m² K/W : Toiture — terrasse
  • R ≥ 6,0 m² K/W : Rampants de toiture et plafonds de combles aménagés
  • R ≥ 7.0 m² K/W : Plancher de combles perdus

Le crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) ne s’applique pas à l’ITE (considérée comme la création d’une paroi supplémentaire).

crédit d’impôt pour la transition énergétique pour une isolation

Parmi elles :

  • Le crédit d’impôt Transition Énergétique (CITE)

Concerne les dépenses liées à l’achat et à la pose de matériaux d’isolation thermique (effectuée par une entreprise qualifiée RGE) des toitures, murs et sols de résidence principale construite depuis plus de deux ans.

Il est fixé à 30 % du montant des travaux dans la limite d’un plafond de dépenses de 150 € TTC par m² de parois isolées par l’extérieur (fixé par arrêté).

  • L’Eco-PTZ

L’écoprêt permet de financer un bouquet minimal de 2 travaux éligibles choisis dans une liste comprenant l’isolation des toitures ou l’isolation par l’extérieur pour atteindre un seuil minimal de « performance énergétique globale ».

Il est déterminé par une étude réalisée par un bureau d’étude thermique (ce seuil est de 150 kWh/m²/an si le logement présente une consommation d’énergie avant les travaux supérieure ou égale à 180 kWh/m²/an et de 80 kWh/m²/an pour les consommations d’énergie inférieure à 180 kWh/m²/an).

Il peut atteindre jusqu’à 30 000 €. Les travaux doivent être réalisés par une entreprise qualifiée RGE.

  • Pour un ERP, le label BBC

Il peut permettre une exonération de taxe foncière sur les propriétés bâties.

Comparer gratuitement les professionnels près de chez vous

Si vous le souhaitez, vous pouvez trouver et comparer des professionnels pour réaliser votre isolation. Le service de mise en relation est rapide, facile et gratuit.

X

Questions ? Infos ? Avis ? (Inscription non obligatoire) 0 Commentaires